Infos… Presse…

Le 23 juillet 2020, suite au refus de la rectrice de Bordeaux d'ouvrir une nouvelle section immersive en maternelle (il en existe 19, la première datant de 2006) sections en immersion qui viennent de faire l'objet d'évaluations très positives de la part de l'E.N.

IKAS-BI avait lancé un appel à rassemblement pour le jour de la rentrée devant l'école concernée. Cet appel a non seulement été entendu par les élus de tous bords mais, et c'est une première, par la fédération des Ikastola (Seaska) et celle de l'enseignement bilingue confessionnel (Euskal Haziak) qui elles aussi ont appelé leur parents, enseignants et militants à rejoindre IKAS-BI.

C'est ainsi que nous nous sommes retrouvés une bonne centaine devant cette école.

Vous trouverez ci-après des extraits de "Sud Ouest", "Mediabask" ainsi qu'un lien pour visionner le reportage que lui a consacré FR3 Euskal Herri/Pays Basque - Intéressant d'écouter l'intervention de sénateur Max Brisson à propos des incohérences de l'EN sur ce sujet -

En fait, ce refus s’inscrit dans le cadre d’une politique décidée au plus haut niveau de l’État, qui viserait à l’instauration “tendance” d’un enseignement “franglais” et qui passerait par l’éradication de nos langues en attaquant leur transmission par l’école.

Sauf que, ici en Pays Basque, le ministre de l’E.N. a réussi ce que personne n’avait fait par le passé : dresser l’unanimité des élus du Pays Basque contre sa politique et faire naître un front commun associations publiques / privées / ikastola.

Le rapport de force que nous sommes en train de construire va le faire reculer, en tout cas pour ce qui concerne ce refus de poursuivre l’extension de l’immersion dans l’École Publique.

Un collectif de parents d’élèves bilingues
compte sur vous aujourd’hui

Non au refus de la Rectrice d’autoriser de nouvelles expérimentations immersives en basque”.
 

Une nouvelle agression de nos Langues Régionales
avec une condamnation des sections en immersion

Suite à la conférence de presse ce mercredi 15 juillet 2020 convoquée par Beñat Arrabit, président de l’Office Public de la langue Basque (OPLB), Bénédicte Luberriaga du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, Mathieu Bergé du Conseil régional Nouvelle Aquitaine ainsi que Alain Iriart, maire de la commune concernée, Saint-Pierre d’Irube, vous voudrez bien trouver, ci-après, 2 articles de presse :
https://www.mediabask.eus/fr/info_mbsk/20200715/nouvelle-attaque-contre-l-enseignement-en-basque-dans-le-public#comments,
https://www.sudouest.fr/2020/07/16/pays-basque-le-rectorat-de-bordeaux-s-oppose-au-projet-d-ouverture-d-une-classe-immersive-en-langue-basque-7664196-4018.php

ainsi que le communiqué de l’Office Public de la langue basque, dénonçant cette décision de Mme la Rectrice.
La Communauté d’Agglomération Pays Basque a voté le vendredi 17 juillet une motion dans le même sens et IKAS-BI organise une conférence de presse jeudi 23 juillet 2020 à la Maison des Associations à Bayonne.